Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 15:17
NIGHT AND DAY   ( huile sur toile   162  x  114 cm )

NIGHT AND DAY ( huile sur toile 162 x 114 cm )

LES TRAVAUX DE LA FERME ET DES CHAMPS

LES TRAVAUX DE LA FERME ET DES CHAMPS

LE LABOUREUR ET LES GRAINS D' OR

LE LABOUREUR ET LES GRAINS D' OR

LE LAIT ET LA TOISON

LE LAIT ET LA TOISON

L' ART DU FORGERON

L' ART DU FORGERON

LA NUIT ET LE JOUR TENANT LE GLACIAL REMORA ET LA BRÛLANTE SALAMANDRE

LA NUIT ET LE JOUR TENANT LE GLACIAL REMORA ET LA BRÛLANTE SALAMANDRE

A propos du remora et de la salamandre,  cet extrait de " L' autre monde ou les états et empires de la lune " de Savinien de Cyrano de Bergerac

" Nous restâmes après cela sans parler, pour nous rendre attentifs à ce fameux duel.
La salamandre attaquait avec beaucoup d'ardeur; mais la remore soutenait impénétrablement. Chaque heurt qu'elles se donnaient, engendrait un coup de tonnerre, comme il arrive dans les mondes d'ici autour, où la rencontre d'une nue chaude avec une froide excite le même bruit.
Des yeux de la salamandre il sortait à chaque illade de colère qu'elle dardait contre son ennemie, une rouge lumière dont l'air paraissait allumé: en volant, elle suait de l'huile bouillante, et pissait de l'eau- forte.
La remore de son côté grosse, pesante et carrée, montrait un corps tout écaillé de glaçons. Ses larges yeux paraissaient deux assiettes de cristal, dont les regards charroyaient une lumière si morfondante, que je sentais frissonner l'hiver sur chaque membre de mon corps où elle les attachait. Si je pensais mettre ma main au-devant, ma main en prenait l'onglée; l'air même autour d'elle, atteint de sa rigueur, s'épaississait en neige, la terre durcissait sous ses pas; et je pouvais compter les traces de la bête par le nombre des engelures qui m'accueillaient quand je marchais dessus.
Au commencement du combat, la salamandre à cause de la vigoureuse contention de sa première ardeur, avait fait suer la remore; mais à la longue cette sueur s'étant refroidie, émailla toute la plaine d'un verglas si glissant, que la salamandre ne pouvait joindre la remore sans tomber. Nous connûmes bien le philosophe et moi, qu'à force de choir et se relever tant de fois, elle était fatiguée; car ces éclats de tonnerre, auparavant si effroyables, qu'enfantait le choc dont elle heurtait son ennemie, n'étaient plus que le bruit sourd de ces petits coups qui marquent la fin d'une tempête, et ce bruit sourd, amorti peu à peu, dégénéra en un frémissement semblable à celui d'un fer rouge plongé dans de l'eau froide.
Quand la remore connut que le combat tirait aux abois, par l'affaiblissement du choc dont elle se sentait à peine ébranlée, elle se dressa sur un angle de son cube et se laissa tomber de toute sa pesanteur sur l'estomac de la salamandre, avec un tel succès, que le coeur de la pauvre salamandre, où tout le reste de son ardeur s'était concentré, en se crevant, fit un éclat si épouvantable que je ne sais rien dans la nature pour le comparer.
Ainsi mourut la bête de feu sous la paresseuse résistance de l'animal de glaçon.
Quelque temps après que la remore se fut retirée, nous nous approchâmes du champ de bataille; et le vieillard, s'étant enduit les mains de la terre sur laquelle elle avait marché comme d'un préservatif contre la brûlure, il empoigna le cadavre de la salamandre. « Avec le corps de cet animal, me dit-il, je n'ai que faire de feu dans ma cuisine; car pourvu qu'il soit pendu à la crémaillère, il fera bouillir et rôtir tout ce que j'aurai mis à l'âtre. Quant aux yeux, je les garde soigneusement; s'ils étaient nettoyés des ombres de la mort, vous les prendriez pour deux petits soleils. Les anciens de notre monde les savaient bien mettre en oeuvre; c'est ce qu'ils nommaient des lampes ardentes, et l'on ne les appendait qu'aux sépultures pompeuses des personnes illustres.
« Nos modernes en ont rencontré en fouillant quelques-uns de ces fameux tombeaux, mais leur ignorante curiosité les a crevés, en pensant trouver derrière les membranes rompues ce feu qu'ils y voyaient reluire. »
 

LES SONGES DE LA NUIT

LES SONGES DE LA NUIT

NIGHT AND DAY
NIGHT AND DAY
DES LIVRES À LIRE, LIRE, ET RELIRE

DES LIVRES À LIRE, LIRE, ET RELIRE

L' ÉTREINTE ROYALE.  MAIS MAINTENANT, NE PARLONS PLUS, LE PRINCE DORT.

L' ÉTREINTE ROYALE. MAIS MAINTENANT, NE PARLONS PLUS, LE PRINCE DORT.

Partager cet article

Repost 0
Published by raymond-douillet-peintures - dans GRANDS FORMATS
commenter cet article

commentaires

philaminte 22/06/2017 10:14

Est-il possible d'admirer cette oeuvre de visu ?
Merci.

raymond douillet 26/06/2017 18:32

Malheureusement non.

Présentation

  • : Le blog de Raymond-Douillet-Peintures
  • : Blog dédié aux peintures, dessins, sculptures et gravures de M. Bosse, Cosy Ray, Dabussol, Débarras, Raymond Douillet Chevoleau, Rodolphe Ducatillon, Louise's Machine, Aristide Mogisson et H. Blog dedicated to paintings and drawings, sculptures, and engravings by M. Bosse, Cosy Ray, Dabussol, Débarras, Raymond Douillet Chevoleau, Rodolphe Ducatillon, Louise's Machine, Aristide Mogisson and H.
  • Contact

Recherche